Garage Séminole

Garage Séminole

Pays:   BELGIQUE

Type:   Hangar

Ce vieil hangar en brique envahi par la végétation est abandonné depuis plusieurs dizaines d’années, au cœur de la zone industrielle d’une petite ville de Belgique.

A l’intérieur, malgré les pièces très vétustes et le bazar régnant, quelques trésors de l’industrie automobile non pas belge, mais américaine résident toutefois encore.  Des trésors ? Quatre vieux 4X4 100% Born in the USA, tous identiques : même marque et même modèle ! Des Jeep Cherokee pour être précis, de type SJ, sous-entendu la toute première génération de la longue lignée des Cherokee, qui perdure encore aujourd’hui !

Ce modèle original qui assit la réputation de Jeep et ouvrit les portes du succès à ses successeurs, est sorti des chaînes de montage de Toledo (Ohio) en 1974. En réalité pas vraiment inédit, il est en très grande partie basé sur son grand frère Jeep Wagoneer (coucou Skyler White) apparu en 1963 et dont il ne s’agit que d’une version à deux portes. Toutefois là aussi la famille est importante car ce dernier est considéré comme le tout premier SUV de l’histoire de l’automobile (bien que cette place se dispute avec le Toyota RAV4) ! Le « SJ » aura donc tout de même eu bonne presse, et se venda jusqu’en 1983, année où il laissa place à son petit frère XJ.

Parqués ici dans « cet endroit tout sombre qui sent pas très bon » (comme le dirait le Capitaine George Abitbol), les pauvres vieux semblent être là depuis un beau bout de temps. Ce qui est curieux, c’est la façon dont ils ont été rangés : dispersés et de travers, ce qui ne ressemble pas vraiment à un stockage pour une longue durée. La personne qui les a mis là avait donc très certainement prévu de revenir par la suite !

Bien mal en point, ils ont tous les vitres et phares brisés, la carrosserie défoncée, et l’intérieur dépouillé. Un ou deux ont même la calandre et les pare-chocs démontés ! Notez quand même les revêtements originaux « Heavy Power » et « Cherokee Chief » qui habillent d’eux d’entre eux, un peu bourrins mais très élégants !

Alors y a-t-il une chance de voir un jour ces quatre amérindiens du siècle dernier démarrer de nouveau et reprendre la route ? Difficile à dire à l’heure actuelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code