École Franco

École Franco

Pays:   FRANCE

Type:   École

Même en plein mois de juillet on trouve le moyen de retourner à l’école, mais vous aller voir que celle dans laquelle nous nous sommes rendus n’est pas tout à fait comme les autres…

Aménagé au XXe siècle dans une dépendance d’un château, aujourd’hui lui aussi abandonné (Voir aussi : Château Miroir), cet établissement, d’abord destiné aux enseignements du primaire, offrait à ses écoliers un cadre incroyable, que la proximité dudit château, avec son parc en guise de cour de récréation, rendait résolument unique.

Est-ce cette localisation idéale qui a séduit tant de parents et qui les a poussés à y inscrire leurs enfants ? Cela a dû jouer. Toujours est-il que, faute de place, le Conseil Général a dû se résoudre dans les années 80 à édifier deux énormes (et grossiers) bâtiments en béton dans le parc, ternissant par là quelque peu le prestige du château mais offrant par cette occasion la possibilité d’étendre les enseignements au collège et lycée…

Malheureusement, au fil des années, les écoles communales de ce type ne sont plus devenues la priorité de l’Etat, qui a entrepris dès lors de les regrouper en immenses cités scolaires, au cœur de villes plus importantes. Coup de grâce !  L’école a fermé définitivement ses portes en 1988, ce fut le début de la fin…

Une réhabilitation en un centre culturel fut un temps envisagée, mais son éloignement des villes et le coût d’une telle opération ont calmé quelque peu les ardeurs des pouvoirs publics, qui ont préféré concentrer davantage leurs efforts sur le château, lui aussi au bord du gouffre…

Abandonné depuis toutes ces années il ne reste aujourd’hui de ce collège et de ce lycée qu’un ensemble en bien triste état: les deux bâtiments en béton ont été vidés (et visiblement vandalisés), et leurs meubles mollement stockés dans un coin du préau…

Quant à l’école primaire, historique dépendance du château, elle n’a guère bougé depuis toutes ces années, avec des tables, tableaux noirs et craies attendant toujours imperturbablement une nouvelle leçon. Le reste du bâtiment est rongé de l’intérieur : des arbres poussent dans les couloirs, de la mousse envahit les salles de classe et une forêt de liane a élu domicile dans l’ancien réfectoire.

Fatiguée par tous ces événements et, comme si cela ne suffisait pas, ravagée par un incendie l’année dernière, cette vieille école de campagne meurt aujourd’hui en silence, prisonnière de ce cadre pourtant magnifique, planté au cœur de la région naturelle du Gâtinais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code