Earth, Wind & Fire

Earth, Wind & Fire

Pays:   BELGIQUE

Type:   Hangar

Belgique. A l’écart d’une petite ville wallonne, coincé entre un bras de rivière et des immeubles flambant neufs, ce feu hangar industriel, à moitié effondré sur lui-même renferme quelques vieux trésors de l’industrie automobile américaine: des voitures de sport Pontiac, abandonnées depuis des années ! 

Pionnière de l’industrie textile belge pendant la révolution industrielle, cette ville vit à son âge d’or fleurir partout sur son territoire des usines, des filatures et des moulins, qui transformèrent radicalement son paysage et laissèrent leur empreinte dans l’architecture locale. Ce hangar faisait justement partie des grands ensembles industriels bâtis en périphérie de la ville, et qui en firent tourner l’économie des décennies durant.

Mais, désaffecté après la grande guerre, en même temps que s’établissait en Belgique une importante mutation économique (l’essor de la Flandre portée par le développement des services, au détriment de la Wallonie cantonnée aux secteurs primaire et secondaire -charbon et verre à Mons et Charleroi, sidérurgie à Liège, laine à Verviers – et cherchant à se réinventer) la plupart de ces vieux bâtiments furent détruits au profit d’immeubles et de zones piétonnes modernes prêtes à sortir de terre.

C’est sans doute à cette période que le hangar fut racheté, sauvé des pelleteuses par un particulier souhaitant  y stocker ses véhicules au sec et à l’abri (du moins à l’époque), et qu’il acquit la fonction qu’on lui connaît aujourd’hui.

Deux belles Pontiac donc: une Firebird, cousine musclée de la Chevrolet Camaro, et modèle mythique personnifiée en KITT dans la série K2000; et une plus discrète Fiero, petit coupé à deux portes notamment très populaire auprès des carrossiers, qui la prirent souvent comme base à des répliques de Ferrari ou de Lamborghini. 

Des modèles mythiques à leur manière, oubliés du jour au lendemain par leur propriétaire dans une forêt de lierre et de gravats, bien loin des routes en ligne droite des plaines américaines, ou de l’anneau de vitesse légendaire de l’Indy 500 où on les auraient vues volontiers concourir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code